Nos hennissements :

Vos marques au galop


007, l’espion sandwich : la puissance commerciale du co-branding


Posté le 10 novembre, par Frédéric Bernier dans Partenariat entre marques. Pas de commentaires

James Bond met en valeur depuis toujours tout un tas de beaux objets.
Et pourtant les marques ne dépensent pas un centime pour gagner le droit d’être en haut de l’affiche.

Si je vous dis Skyfall, vous pensez à quoi ? Probablement au dernier opus de l’agent 007 qui semble s’attirer tout un tas de bonnes critiques et autant de spectateurs ravis par les dernières prouesses de l’espion préféré de sa Majesté. La saga desJames Bond est aussi, au fil des années, devenue célèbre pour faire la part belle à plusieurs objets emblématiques dont notre héro « so british » ne saurait se passer. A commencer par ses autos équipées des derniers gadgets, et toutes plus puissantes les unes que les autres, au premier rang desquelles on retrouve l’incontournable Aston Martin. Le champagne Bollinger et les montres Omega font aussi partie des emblèmes les plus célèbres de Monsieur Bond.

James Bond plus proche de nous ?

Dans Skyfall, vous remarquerez sans doute que champagnes et cocktails côtoient également pour la première fois une bière Heineken que Daniel Craig semble tout autant apprécier. Les plus attentifs d’entre vous ne manqueront pas de repérer que le Smartphone et les divers écrans dont se sert James, sont tous estampillés Sony.

Comment ça marche ?

Toutes ces marques n’ont pas déboursé un centime aux producteurs de l’Agent 007. Enfin presque … Elles se sont cependant toutes engagées à dépenser sans regarder en publicité et autre marketing pour promouvoir de façon bilatérale à la fois le film et leur produit. C’est ainsi que 100 millions d’euros ont déjà été investis par ces diverses marques pour garantir la promotion des exploits de notre icône quinquagénaire. Le système, mis en place dès le début des James Bond par leur producteur historique, est remarquable. Les marques sont choisies par la production pour leur capacité à communiquer massivement, mais aussi à créer des versions spéciales ou limitées de leurs produits qui sauront glorifier le déjà fort célèbre 007.

Un partenariat savamment réglé

Nous sommes dans une forme de marketing gagnante-gagnante dans lequel les marques s’associent et profitent mutuellement de leur aura respectif. C’est ainsi que nous ne pourrons passer à côté des encarts publicitaires de SONY, des canettes Coca Zero ou Heineken à l’effigie de James Bond, et aussi de manière plus confidentielle, des séries spéciales 007 des montres Omega ou du champagne Bollinger. Aucune de ces marques ne paye de quelconques royalties, la production des James Bond se contente du surplus de publicité qui leur est ainsi proposé, sans qu’ils n’aient eux-mêmes un seul centime à débourser.

Si ça, ce n’est pas un exemple de l’extrême puissance commerciale du co-branding …





Laisser un commentaire